HONGRIE / UNION EUROPEENNE | Aujourd'hui, les eurodéputés réunis à Strasbourg sont appelés à statuer sur le déclenchement d'un mécanisme de sanctions à l'égard du gouvernement hongrois pour avoir enfreint les règles fondatrices de l'Union Européenne en matière d'Etat de droit. Ce sont essentiellement les eurodéputés de centre droit qui ont le pouvoir de faire basculer le vote, s'ils parviennent à s'affranchir de considérations politiciennes.

ARABIE SAOUDITE | Human Rights Watch lance une campagne (lien en anglais) afin d'encourager les grands constructeurs automobiles à demander aux autorités saoudiennes de libérer sans condition au moins neuf militantes détenues qui se sont battues pour le droit de conduire.

Le 15 mai 2018, quelques semaines seulement avant que les autorités saoudiennes ne lèvent l'interdiction de conduire pour les femmes le 24 juin, les autorités ont lancé une vaste opération coordonnée de répression contre le mouvement pour les droits des femmes. Ils ont arrêté au moins 13 éminentes militantes des droits des femmes et accusé plusieurs d'entre elles de crimes graves qui semblent être directement liés à leur activisme. Au moins neuf femmes sont toujours détenues sans inculpation, bien que certaines des accusations dont elle font l'objet puissent entraîner des peines d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 20 ans.

MAROC | Aujourd'hui entre en vigueur la loi contre les violences faites aux femmes, qui incrimine désormais « certains actes considérés comme des formes de harcèlement, d’agression, d’exploitation sexuelle ou de mauvais traitement ». Elle prévoit des mesures de lutte contre le harcèlement dans les lieux publics, des « mécanismes pour prendre en charge les femmes victimes » de violences, et le mariage forcé est désormais passible d’une peine de prison.

Cependant, cette loi conserve d’importantes lacunes aux yeux des militantes marocaines: elle ne légifère pas sur le viol conjugal, et ne permet pas aux associations de se porter partie civile sans l’autorisation des victimes. Sa mise en application sera aussi un enjeu considérable.

LIBYE | L’organisation Etat islamique a pris d'assaut le siège de la Compagnie pétrolière nationale, au cœur de la capitale, alors qu'on la croyait en déroute en Libye. Tripoli était déjà le théâtre d'une nouvelle flambée de violences entre milices rivales depuis le 27 août. Cette situation volatile laisse craindre une reprise des combats dans ce pays.

LIBERTE ET DEMOCRATIE | L’organisation de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF) a formé une commission de vingt-cinq personnalités de renom chargées de travailler à la rédaction d’une future « déclaration sur l’information et la démocratie » - un texte « qui aura pour objet d’énoncer des principes, de définir des objectifs et de proposer des modalités de gouvernance » afin de « mobiliser tous ceux qui sont attachés à préserver un espace public libre et pluraliste, condition de la démocratie ».