Le Brief du Jour - 25 juillet 2019

BURUNDI : Peine de prison confirmée pour Germain Rukuki | CAMBODGE : Accusations mensongères visant deux journalistes | ARABIE SAOUDITE : Raëf Badaoui incarcéré depuis 7 ans sans avoir commis aucun crime | REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE : Le gouvernement promet que justice sera faite pour le massacre de Paoua | ISRAËL : La Cour Suprême reporte l'audience d'Omar Shakir | CÔTE D'IVOIRE : Une nouvelle loi matrimoniale fait progresser les femmes vers l'égalité | ROYAUME-UNI: nouveau gouvernement

BURUNDI : La cour d'appel de Bujumbura a confirmé la sentence à l'encontre de l'activiste des droits de l'homme, Germain Rukuki, condamné à 32 ans de prison "pour participation à un mouvement insurrectionnel". C'est la plus lourde peine jamais prononcée contre un défenseur des droits humains au Burundi selon la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme, qui estime qu'elle confirme "la volonté des autorités de continuer à harceler les défenseurs des droits humains".

CAMBODGE : Les autorités cambodgiennes doivent immédiatement abandonner les poursuites engagées contre deux anciens journalistes de Radio Free Asia (RFA) pour des motifs politiques, a déclaré Human Rights Watch hier. Le 26 juillet 2019, le tribunal municipal de Phnom Penh entamera le procès de Uon Chhin et Yeang Sothearin pour espionnage non fondé.

"L'affaire fabriquée de toutes pièces contre les ex-journalistes du RFA se veut une grève contre les médias qui osent critiquer le gouvernement cambodgien", a déclaré Phil Robertson, directeur adjoint pour l'Asie. "Chhin et Sothearin n'auraient jamais dû faire face à ces fausses accusations d'espionnage, et toutes les restrictions judiciaires devraient être levées."

ARABIE SAOUDITE : Raëf Badaoui est un blogueur saoudien condamné à 10 ans de prison et 1 000 coups de fouet pour « apostasie et insultes à l’islam ». Alors qu'il est enfermé depuis 7 maintenants, sa femme, Ensaf Haïdar, « reprend espoir » depuis l’appel du vice-président américain, Mike Pence, à libérer le militant de 35 ans. Un appel lancé à l’Arabie saoudite le 18 juillet depuis Washington, lors d’une conférence sur la liberté religieuse.

« En Arabie saoudite, le blogueur Raëf Badaoui est toujours en prison sous l’accusation d’avoir critiqué l’islam sur des médias électroniques », a souligné M. Pence, qui a cité le critique du régime de Riyad ainsi que les noms d’autres personnes détenues pour s’être exprimées sur les religions en Arabie saoudite, en Érythrée, en Mauritanie et au Pakistan.

REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE : Le gouvernement centrafricain a réagi au rapport de Human Rights Watch sur le massacre de plus de 30 civils dans la région de Paoua. Ce rapport concluait qu'il s'agissait d'une tuerie planifiée et le gouvernement a estimé que les conclusions du rapport sont fondés et crédibles. Il promet que justice sera faite.

Par ailleurs, HRW a publié hier un rapport dans lequel il demande à plusieurs pays de contribuer à la préservation de la Cour pénale spéciale de la République centrafricaine, largement considéré comme un élément clé du processus de réconciliation nationale dans ce pays déstabilisé par les violences depuis 2013. Le Canada subit ainsi des pressions pour contribuer à combler un déficit de 1 million dollars à ce tribunal sous-financé, afin de lui permettre de continuer son travail dans ce pays ravagé par les violences inter-communautaires et les crimes de guerre.

ISRAËL : Moins de 24 heures avant l’audience qui allait juger la légalité de la décision du gouvernement d'expulser Omar Shakir, le directeur de Human Rights Watch pour Israël et la Palestine, la Cour suprême d'Israël a reporté l'audience prévue aujourd'hui, a indiqué Human Rights Watch. Le tribunal a repoussé l'audience au mois de septembre, officiellement afin de donner au gouvernement plus de temps pour examiner les documents juridiques soumis à l’appui de Human Rights Watch par Amnesty International et par un groupe d'anciens ambassadeurs.

Le 7 mai 2018, le gouvernement israélien avait révoqué le visa de travail accordé à Omar Shakir un an auparavant, invoquant un amendement de 2017 à la loi sur l'entrée sur le territoire, lui permettant de refuser l'entrée aux personnes qui préconisaient le boycott d'Israël. Or, ni Human Rights Watch ni Omar Shakir en tant que son représentant n'ont appelé à un boycott d'Israël. 

CÔTE D'IVOIRE : Une nouvelle loi sur le mariage pourrait constituer un pas vers l'octroi aux femmes des mêmes droits que leurs maris sur les biens matrimoniaux. Cela s'inscrit dans le cadre d'un plan gouvernemental plus vaste visant à rendre les hommes et les femmes égaux dans les mariages et en matière d'héritage.

Le projet de loi, qui est sur le point d'être adopté, montrera l'exemple et établira un précédent à respecter par les autres pays africains, car il offrira des droits égaux aux hommes et aux femmes en matière de propriété et de gestion immobilière.

ROYAUME-UNI | Le Royaume Uni a un nouveau gouvernement, dirigé par Boris Johnson, un fervent partisan du Brexit. Human Rights Watch l'appelle à faire du respect des droits humains une priorité tant dans son pays que dans sa politique étrangère s'il veut être à la hauteur de ses ambitions pour le pays.